honoraire avocats glon
80713428

La famille recomposée

Publié le 15 mai 2013

Catégories :

Droit de la famille

La famille recomposée : quelles conséquences pour mon enfant ?

 

La famille recomposée c’est surtout le choix de reformer une famille avec une autre personne suite à un veuvage, un divorce,… Mais pensons-nous à nos enfant, comment vont-ils trouver leur place au sein de cette nouvelle organisation familiale ?

Aujourd’hui, penchons-nous sur cette question à travers cette note de blog:

La notion de famille recomposée est d’abord apparue chez les sociologues il y a une vingtaine d’années. Cette notion n’implique pas une nouvelle famille car il n’y a pas de modification des liens de famille. On pourrait alors plutôt parler de foyer recomposé.

 

La recomposition familiale : les origines

La notion de famille recomposée a toujours existé, au départ, il y avait les remariages lorsque les mères mouraient en couche et laissaient leur mari avec plusieurs enfants. Ce même mari qui devait subvenir à sa famille en travaillant alors il se remariait pour que la femme assure les tâches ménagères et s’occupe des enfants.

Parfois un veuf ne restait qu’une semaine ! A l’occasion de ses remariages, on établissait des contrats de mariage pour protéger la deuxième épouse.

La recomposition familiale : aujourd’hui

Aujourd’hui, la recomposition familiale repose sur l’affectif et est beaucoup plus long que ce soit lors d’un divorce ou d’un veuvage. Aujourd’hui il peut exister deux familles parallèles, du fait des plusieurs modes de conjugalité : pour l’enfant il y a d’un côté la famille du père et de de la belle-mère et de l’autre la famille de la mère et du beau-père.

Il y a plusieurs modes de recomposition de la famille donc il n’est pas possible de tous les comptabiliser mais la recomposition se conçoit toujours lorsqu’il y a des enfants.

Il n’y a pas un cadre juridique préétabli pour les familles recomposées.

Quel statut pour les beaux-parents de l’enfant ?

L’adoption qu’elle soit simple ou plénière constitue une bonne solution car le nouveau compagnon de la mère ou du père mais anéantirait le lien de filiation entre le parent biologique et l’enfant ainsi que la réalité du lien biologique.

Toutefois, l’adoption simple a un effet pervers à savoir qu’elle a une incidence sur le nom et l’adoption plénière ferait même perdre à l’enfant tout lien biologique avec la mère et c’est pour cette raison que l’on a créé l’adoption plénière de l’enfant du conjoint. Le lien d’alliance ne donne aucun droit d’autorité parentale au nouveau mari.

La parentalité sociale utilise le principe de coparentalité : c’est une délégation de l’autorité parentale ; cette délégation-partagé permettra au nouveau mari d’exercer des droits d’autorité parentale. Cela donne des droits usuels comme aller chercher un enfant à l’école, signer ses devoirs ou aller chez le dentiste. La délégation-partagé a été spécialement imaginé pour les familles recomposées. Il faut toutefois un accord des deux parents affiliés par le sang vis-à-vis  de l’enfant.

 155850610

Les conséquences réelles pour l’enfant

Tout dépend de la manière dont c’est déroulé le divorce :

. Si le divorce a été long et difficile pour les parents avec des conflits sur la garde de l’enfant, sur des biens communs au couple, … L’enfant peut avoir des « séquelles », il aura peut-être du mal à trouver sa place dans sa nouvelle famille : l’arrivée d’un nouveau compagnon avec de nouveaux demi-frères/sœurs peut faire que cet enfant sera plus  renfermé sur lui-même. C’est souvent le problème lors d’un divorce, il faut que les enfants aient leur place défini dans cette « nouvelle » famille.

. Si le divorce se fait par l’accord des deux conjoints : l’enfant sera moins départagé par ses parents, pas de conflits, pas de longue procédure de divorce. Dans ce genre de divorce, les parents peuvent se reparle et c’est mieux accepté par les enfants par la suite ils  intégreront plus facilement le nouveau compagnon du père ou de la mère.

Lors d’une recomposition familiale, l’enfant vis entre deux foyers avec des règles et des manières de fonctionner différentes  l’enfant doit pouvoir trouver sa place qu’elle soit symbolique ou réelle dans ses deux foyers mais aussi son rôle. L’enfant doit aussi s’organiser avec son temps de partage entre sa mère et son père. Les enfants dans une famille recomposée peuvent avoir du mal à s’entendre avec les autres membres de la fratrie : ce qui peut compliquer les parents car il faut gérer l’ensemble des caractères des enfants qui doivent partager son parent avec d’autres enfants.

Les problèmes liés au divorce difficile peut amener à l’enfant de faire un choix entre son père ou sa mère ou encore si l’un des parents  partent et laissent l’autre conjoint avec la garde exclusif de l’enfant : cet enfant aura perdu tous contacts avec un de ses parents. Le rôle du beau-père ou belle-mère servira de soutien à l’enfant.

Pour aller plus loin

Pour toutes informations complémentaires sur la procédure de divorce et les statuts de votre couple dans le cas d’une recomposition familiale, n’hésitez à contacter Maître Glon.

http://www.kbs-frb.be/uploadedFiles/KBS-FRB/05)_Pictures,_documents_and_external_sites/09)_Publications/PUB2008_1839_L’EnfantDansLaFamilleRecomposee.pdf

Contacter Maître Glon

Infos, rendez-vous, conseils...